Interview Association : Association PARTY WARNING

Interview Association : Association PARTY WARNING

Association à la une aujourd’hui : l’association PARTY WARNING. Retrouvez leurs réponses à nos questions dans une courte interview.

     1. Pouvez-vous me résumer vos actions en quelques lignes ? 

Party warning est une association à but caritatif dont le but est de sensibiliser les jeunes lycéens aux risques que peuvent présenter une consommation excessive d’alcool et de drogues, de manière générale et plus particulièrement en soirée. Notre but n’est pas de jouer le rôle de moralisateur mais plutôt celui d’informateur. Pour cela, réalisons des conférences avec des professionnels de la santé suivies d’ateliers personnalisés en compagnie des élèves. Party warning mène des ateliers dans plusieurs établissements scolaires de la région parisienne.

Ces dernières années, l’association a effectué des actions de sensibilisation à travers de nombreux ateliers interactifs dans des lycées comme le lycée Daniélou à Rueil-Malmaison ou le lycée Saint-Dominique devant des promotions de plus de 150 élèves.

      2. Comment est née l’association Party Warning ?

L’association Party Warning a été créée en 2014 par huit étudiants de l’IESEG School of Management dans l’optique de sensibiliser les jeunes au danger de l’alcool et des drogues.

Notre équipe a repris l’association en juin 2016 car nous souhaitons sensibiliser le plus de lycéens possible afin de leur apporter une certaine prévention sur les dangers et leur conséquence auxquels ils seront confrontés. Nous avons conscience des pressions sociales présentes de nos jours qui poussent les jeunes à consommer de l’alcool et nous désirons partager notre expérience en tant qu’étudiants.

      3. Une journée classique au sein de l’association, ça se passe comment 

Nous n’avons pas vraiment de journée typique au sein de l’association. Depuis le début de l’année, nous essayons de démarcher des lycées dans lesquels nous pourrions réaliser des interventions, des professionnels de la santé afin d’agrandir notre association.

Toutefois, nos interventions se déroulent toujours de la même façon :

– d’abord une conférence de 1h animée par un professionnel de la santé mais également des personnes qui ont été victimes de l’alcool ou de stupéfiants. La conférence ne se limitera pas uniquement à l’intervention de ces personnes, en plus de cela, nous interviendrons en tant qu’étudiants d’une grande école avec expériences et anecdotes à raconter. De plus, la faible différence d’âge faible avec vos élèves favorisera la discussion durant le temps d’échange avec les lycéens.

– puis des ateliers pratiques classe par classe de 1h animés uniquement par l’équipe où nous apprendrons aux lycéens les gestes qui sauvent et dans lesquels notre équipe discutera avec les lycéens de manière plus directe. Au cours de ces ateliers, les élèves pourront constater les effets de substances stupéfiantes grâce à des lunettes spéciales qui troublent la vue et correspondent aux effets de l’alcool, du LSD et du cannabis et partager leur propre expérience afin que nous puissions les conseiller et leur faire comprendre les risques d’une consommation excessive.

      4. Quelle est votre plus grande fierté ? 

Notre plus grande fierté sur ce début d’année est le partenariat que nous avons obtenu avec l’association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie (ANPAA). Cette association nous a proposé de nous former afin que nous puissions intervenir dans nos lycées partenaires sans l’aide d’intervenants spécialisés. Nous aurons les connaissances et l’aptitude nécessaires pour faire de la prévention dans les établissements scolaires.

    5. Au contraire, si vous deviez pousser un coup de gueule ? 

C’est réellement difficile d’obtenir des rendez vous dans des lycées. Nous en avons appelé énormément et sur le peu d’accords que nous avons eu, les retours sont durs à obtenir. Même lorsque les lycées nous confirment qu’une intervention est possible, cela est souvent compliqué de communiquer avec eux et de trouver un créneau horaire approprié. Il faut beaucoup insister et se rendre directement dans les locaux ce qui est parfois complexe sachant que chacun de nos membres a un emploi du temps assez chargé.

    6. Avez-vous des besoins spécifiques ? Si oui, de quoi avez-vous le plus besoin ? 

Nous avons besoin d’intervenants. Nous souhaitons toucher les lycéens tout d’abord avec des nombres et des faits bien réels puis en communicant notre propre expérience. Il nous est parfois également difficile de coordonner le calendrier des intervenants avec celui des lycées.

Nous avons également besoin de matériels pour intervenir auprès des étudiants comme des éthylotests ou encore des lunettes imitant les effets le d’alcool, des drogues durs ainsi que du cannabis.

 

SI VOUS SOUHAITEZ LEUR DONNER UN COUP DE MAIN :  Cliquez ici ♥

Articles qui pourraient vous intéresser
Laisser un commentaire